Menu

1ère commission de français 2010

Cette première commission de l’année 2010 était animée par Michel Malgouzou Les professeurs présents à cette commission étaient les suivants : Maylis Oroffino (Havila), Jacqueline Wright (Hnaizianu), Elise Ixepe (Eben-Eza), Upiko Waneisi (Lycée Do Kamo), K. Hope Nenonene (Dö Mwà), Michel Heim (Do Néva), Aurélie Poyau (Baganda). Les établissements non représentés étaient les suivants : Taremen et Boaouva Kaleba.

1. Etats des lieux

Do Kamo
Le lycée Do Kamo continue à travailler sur la réforme du lycée et à la transformation des baccalauréats. Pour les classes de seconde, des évaluations de français en fin d’année sont prévues ; Upiko Waneissi, représentant le lycée Do Kamo lors de cette commission a demandé que les résultats des tests soient modélisés comme ce fut le cas en 2007 pour le test d’entrée en seconde (Résultat de réussite à ces tests 2007 : 38,7 %). Le lycée continue à effectuer des sorties culturelles pour les classes de seconde afin de les habituer à Nouméa, ville que certains découvrent. Le prix Vi Nimö, prix de littérature calédonienne est reconduit. Ce prix propose aux lycéens d’élire un livre parmi une sélection choisie par un comité composé par le personnel des lycées participant à ce prix : le lycée Do Kamo, le lycée Anova, le lycée Escoffier, le lycée Blaise Pascal et le lycée du grand Nouméa en 2009. L’année dernière, les élèves participants à ce concours sont partis au Salon du livre Océanien (SILO) se tenant à Poindimié (www.silo.nc). Des rencontres avec les auteurs calédoniens se sont également tenues.

Concernant les difficultés rencontrées par les élèves, la prise de parole à l’oral est toujours aussi difficile. Le nombre d’élèves n’arrivant pas à formuler des phrases syntaxiquement correctes est toujours aussi important, les réponses se soldent souvent par l’emploi de mots clés montrant que les élèves ont saisi le sens des questions mais n’arrivent pas à formuler leurs réponses. Sinon, l’importance du programme empêche qu’un travail de soutien soit réalisé pour que les élèves comblent leurs lacunes en orthographe et en grammaire. Pour les filières professionnelles, il est toutefois possible de travailler sur des textes moins classiques (la presse notamment).

Le constat final est donc le suivant : outre les élèves ayant choisi les filières littéraires, l’ensemble des élèves rencontre toujours de graves problèmes dans leur maîtrise de la langue française ; ce qui les handicape dans la suite de leur scolarité universitaire ou professionnelle.

Havila

Les projets habituels de Havila sont reconduits cette année : participation à Livre, mon ami notamment sous la forme d’un rallye lecture. Comme chaque année, les enseignants disposent d’une heure de concertation dans leur emploi du temps qui se situe le jeudi en troisième heure de la matinée. Cette heure de concertation leur permet de se rencontrer tous les quinze jours de manière formelle et tous les quinze jours de manière informelle. Cette heure (existant également pour les enseignants de mathématiques) est un dispositif que l’on pourrait généraliser dans nos établissements. Le choix d’une heure en matinée fait que les réunions ne sont jamais reportées puisque les enseignants sont présents sur leur établissement avant et après cette heure de concertation. Les projets spécifiques au français cette année sont les suivants : un concours de lecture en 5ème a été organisé concernant le livre de Michel Tournier, Vendredi ou la vie sauvage. Des après-midis goûters -Scrabble le mercredi sont également prévus, cette initiative (supervisée par Waej Genin) participe du projet d’établissement formalisé l’année dernière.
Le cloisonnement des disciplines du français a toujours cours dans les classes de 6ème et 5ème ; concernant la 6ème heure, un travail spécifique de l’oral est réalisé dans les classes de Maylis Oroffino à l’aide de fiches que vous pourrez vous pourrez  télécharger ci-dessous (attention fichier très lourd car basé sur des captures d’écran d’un livre)  :

Concernant les révisions du brevet des collèges, les devoirs surveillés sont reconduits en alternance avec les trois autres matières écrites (histoire et géographie, mathématiques). Si l’on compte les brevets blancs (deux à Havila), les élèves seront amenés dans l’année à subir une dizaines d’épreuves de type brevet ; une des clés du pourcentage élevé de réussite en fin d’année à l’épreuve du brevet.

Eben Eza
La baisse des effectifs à Eben Eza a abouti à la fermeture d’une classe, ce qui amène les enseignants de français à n’être plus que deux : Elise Ixepe qui prend la place de Moyra Touchon, partie à la retraite et Xavier Windal. En 6ème, Livre mon ami est reconduit. Les élèves de 5ème ont d’ailleurs émis le vœu de continuer l’activité en disposant de leur propre défi-lecture. Un renouvellement des lectures suivies est également envisagé avec une organisation de type Questions pour un champion en fin d’année. Un des projets du collège pour les 6ème s’articule autour du thème du cocotier pour les 6ème en liaison avec Philippe Wejieme, leur professeur d’EPS (le cocotier sous toutes ses formes).

Pour les révisions du brevet, il semblerait qu’Eben Eza veuille reprendre cette année une organisation similaire à celle de Havila ou Hnaizianu.

Baganda
A Baganda, le français est dorénavant représenté par Aurélie Poyau en provenance de Dö Mwà (Canala) et de Monique Wadewe. Tous les projets habituels sont reconduits.

Do Neva
A Do Neva, une nouvelle équipe est également en place avec l’arrivée de Michel Heim (ancien enseignant du collège de Nédivin) qui épaulera Raphaël Waminya. En 6ème Livre, mon ami est reconduit. En 5ème, un concours de bande dessinée a été proposé par les collègues de Nédivin (publication dans le magazine Kl’1 d’œil du collège de la FELP). Les bandes dessinées doivent être déposées avant le 26 mai 2010, le jury délibérera le 9 juin 2010. Une intervention de Max Darcis est également prévue concernant le théâtre.

Dö Mwà et Hnaizianu
Les collèges de Dö Mwà et Hnaizianu étant représentés par des professeurs débutants (respectivement Hope Nenonene et Jacqueline Wright), ceux-ci  ont surtout profité de cette commission pour écouter leurs collègues leur faire part de leur expérience. Une demande d’assistance, surtout dans la mise en place des projets a été demandée que l’animation de lettres s’efforcera de leur apporter.

Remarques

a. Accès aux photocopieuses
L’accès aux photocopieuses étant essentiel pour les professeurs de français, la commission de français tient à rappeler qu’il est essentiel que cet accès soit le plus libre possible. En effet, un enseignement forcément adapté du programme métropolitain passe par la création de documents originaux ; si l’on doit être ambitieux pédagogiquement, il ne faut pas que les bonnes volontés se retrouvent bridées par des problèmes d’ordre technique et économique (le papier coûte cher). Que des bonnes pratiques soient mises en place concernant l’utilisation des photocopieurs est indispensable mais que cela n’aboutisse pas à un usage qui empêche l’enseignant de disposer d’un outil qui lui est indispensable pour adapter sa pédagogie.

b. Dictionnaires de langue

Les dictionnaires de langue sont indispensables à la réussite des élèves, dans toutes les classes, mais surtout en 3ème, année du Brevet. Il faut que chaque direction organise l’achat d’un dictionnaire par élève. La prise en charge de cet achat par l’association des parents d’élèves (APE) peut être envisagée ; comme nous l’a fait remarquer Michel Heim, l’APE est souvent demandeuse d’initiative comme celles-ci. Bien sûr, dans de nombreuses communes, des dictionnaires sont distribués gratuitement par les communes, mais nombre de ces dictionnaires sont détruits et ne résistent pas aux quatre années de collège. Les conseils d’achat sont les suivants : un dictionnaire de type collège doté d’une couverture hyper-résistante. Le travail de rédaction avec un dictionnaire commun est source de chahut, d’inefficacité et doit être banni des salles d’études. Bien sûr, il s’agit d’un effort financier supplémentaire mais dans la hiérarchie des clés de la réussite de nos élèves, la disponibilité des usuels (dictionnaires bilingues également) se classe parmi les premières.

2. Évaluations 6ème 2010
Cette année, les tests d’évaluation ont été produits localement. Seuls les résultats de quatre collèges étaient disponibles pour notre commission. Les résultats ne traduisent pas un changement quant aux résultats (voir tableau ci-après).  Par contre il a été apprécié la partie d’évaluation de l’oral qui faisait défaut aux tests métropolitains. Dans l’ensemble, cette initiative a permis de s’apercevoir le niveau catastrophique d’élèves arrivant en 6ème qui n’arrivent que très difficilement à lire et répondre à des questions orales à priori très simples. L’initiative de Havila de consacrer sa 6ème heure à l’oral est donc complètement justifiée.

Etablissement
Grammaire
Ecrire
Lire
Dire
Total
Hnaizianu 33.8 41.3 61.7 32.1 46.1
Baganda 26.1 15.7 52.7 14.0 31.0
Taremen 17.6 10.6 53.8 34.9 29.5
Dö Mwà 14.5 15.1 45.9 27.1 26.9
Total 23.0 20.7 53.5 27.0 33.4
Etablissement
2010
2009
2008
2007
2006
Baganda 31 31.4 27.4 23.6 27.9
Boaouva Kaleba A venir 29.6 29.1 25.4 27.9
Dö Mwà 26.9 19.6 27.1 19.2 21.1
Do Neva A venir 28.5 21.2 27.2 23.9
Eben Eza A venir 45.3 36.3 31.6 26.2
Hnaizianu 46.1 37.1 29.2 29.9 21.1
Havila A venir 28.6 31.6 31.6 30.4
Taremen 29.5 29.2 35.8 31.3 29.5
ASEE 33.4 31.2 29.7 27.5 26.0
Métropole N/A 57.2 57.5 57.1 60.5

Les résultats aux évaluations 2010 seront mis en ligne sur le nouveau site de l’Alliance Scolaire (www.alliance-scolaire.nc) . la rapidité de cette publication dépendra du retour des résultats de toutes les évaluations à la direction (qui outre une diffusion en interne les diffuse au vice-rectorat de Nouvelle-Calédonie).

3. Socle commun des connaissances

“En 3ème, lors du conseil de classe du troisième trimestre, le chef d’établissement valide ou non l’acquisition du socle commun”.  Le B.O. estime que “l’organisation de la concertation entre les professeurs des différentes disciplines est donc primordiale tant au niveau de la classe qu’entre les coordinateurs des différentes disciplines”.

Une longue discussion a eu lieu concernant le socle commun des connaissances. Comme les nombreuses nouveautés introduites récemment au collège (B2i, niveau A2), la mise en place technique pose certains problèmes : la mise à disposition de livrets d’évaluation notamment : logistique, dégradation, etc. L’animation de lettres propose que l’on utilise le logiciel Pronotes, en effet ce logiciel qui doit être mis en place dans tous les collèges (décision de la première réunion des directeurs de 2009) permet un suivi pluriannuel des élèves. Pour chaque élève, l’ensemble des compétences du socle commun peuvent être validées tout au long de sa scolarité, la possibilité est également offerte de mettre en regard de chaque élève les options suivantes : Acquis, Non acquis, Aucune évaluation, Absent.

En fin de collège, un état peut être imprimé. Ce dispositif permet d’économiser du temps, garantit une sauvegarde des données que les versions papier ne proposent pas (livret égaré). De plus, le principe du logiciel client/serveur permet à tout moment de saisir l’acquisition d’une compétence (à Havila, la possibilité de le faire via Internet est déjà mise en place). Bien sûr, c’est également valable pour le niveau A2 en langue vivante et le B2i (collège ou lycée).

Bien sûr, une fois réglés les problèmes techniques, il reste la mise en place pédagogique. Il est clair que les compétences du socle commun ne représentent pas de nouveautés extraordinaires, tous les enseignants présents lors de la commission ont été d’accord sur le fait que cela formalisait des compétences qui sont déjà enseignées au collège… cette formalisation entraîne cependant une mise en place lourde qui ajoute à l’évaluation traditionnelle des élèves. Maylis oroffino a présenté l’exemple d’un collège qui a arrêté de donner des notes à ses élèves et ne valide dorénavant que les compétences du socle commun (Qu’en est-il de la performance ? Je sais utiliser un dictionnaire -compétence- mais je ne le fais jamais lors d’une rédaction -performance : remarque de l’Animation de lettres).

Dans un des articles récupérés sur le site www.weblettres.net, voici le constat (non pas désabusé mais réaliste) de Corinne Durand Degranges sur la mise en place du socle commun dans son établissement (je mets en gras les éléments qui me paraissent les plus importants) :

•    Tout d’abord, et c’est le plus important, cela ne change rien au contenu de mes cours
•    Ensuite, il est aisé de placer de nombreux items dans une séquence et il est aisé de ne pas se limiter au pilier 1 (langue française).
•    Enfin, s’il est (relativement) simple de décider quels items seront validés, il est en revanche bien plus difficile de mettre en place cette validation. J’y vois deux difficultés majeures : il n’est pas possible d’évaluer tout le temps tous les élèves. Je suppose qu’il faudra donc opérer des roulements. Il n’est pas toujours cohérent de « valider-valider » (c’est-à-dire de considérer comme acquise) une compétence par une seule évaluation. Il va nous falloir inventer des grilles dont la complexité pour le moment m’effraie.

En conclusion hâtive, la mise en place du socle commun ressemble à ces usines dont je mets pour le plaisir la définition glanée sur le site de Wikipédia :

En français, l’expression « usine à gaz » est un terme péjoratif, désignant quelque chose de très grand, de très compliqué, voire de très coûteux et dont on a beaucoup parlé, mais ne servant pas ou ne produisant pas grand chose en réalité. On l’utilise généralement pour désigner une chose très disproportionnée par rapport à sa finalité. Ce terme prend son origine dans la comparaison faite avec une usine de fabrication du gaz de ville, d’aspect monstrueux, compliqué et incompréhensible pour le non initié.

L’aspect le plus intéressant du socle commun reste la collaboration interdisciplinaire. Ainsi, il est possible de valider dans d’autres matières les compétences du pilier 1. Mais comme le rappelaient les collègues, les expériences précédentes ont montré qu’il était très difficile, voire impossible de faire valider des compétences en français par d’autres enseignants : cas de l’orthographe notamment.

Une proposition de l’animation secondaire est de se fixer des objectifs modestes comme le respect de l’orthographe du français fondamental dans les productions écrites des autres matières.

4. Brevet blanc 2010

Le brevet blanc 2010 est déjà préparé. C’est Léa Rangassamy qui l’a préparé en prenant un extrait d’un texte de Jean Mariotti. Le brevet blanc commun à tous les établissements se déroulera la semaine du lundi 11 au vendredi 15 octobre 2010.

5. Formations 2010

En 2010, il n’y aura pas de préparation au CAPES CAER de lettres modernes organisée comme chaque année depuis près de trois ans. La priorité a été donnée au CAPEPS CAER d’EPS, au CAPES CAER d’arts plastiques et au CAPES CAER d’anglais. Si la demande est de nouveau importante et si la collaboration avec la nouvelle inspectrice qui sera nommée en septembre est fructueuse, la formation pourra être reconduite pour l’année 2011. Cela n’empêche bien sûr pas les enseignants concernés de s’inscrire au cours du CNED (frais remboursés par l’APEP sur présentation des justificatifs de présence à l’épreuve d’admissibilité) et à s’inscrire au concours de février 2011. Une formation concernant l’utilisation d’extraits sonores et vidéos en cours de langue est reconduite cette année (jeudi 15 avril 2010 mais la date devrait être repoussée car les inscriptions DDEC et FELP ne nous parviennent qu’aux alentours du 10 avril). Quant aux enseignants qui veulent s’initier aux TICE, il est grandement conseillé de s’inscrire à la formation PCIE proposé par l’APEP ; cette formation permet à des faux débutants (on n’apprend pas à utiliser une souris dans cette formation) de maîtriser l’essentiel de la suite bureautique Microsoft Office.  Cette certification est assez lourde à suivre –déplacements sur Nouméa ou Koné- mais permet de disposer d’un très bon niveau final (tous les déplacements sont remboursés par l’APEP sur présentation des titres de transport).

6. Récit en 5ème

Le récit de l’année dernière Les moustiques (en cours de publication) ayant bien fonctionné, l’opération est reconduite cette année,  toujours avec les classes de 5ème. Pour cette année, la commission a décidé de reprendre le personnage de Wanakat. Voici la trame qui a été proposé par l’animation de lettres et qui permettra de reconduire notre héros de collège en collège : après sa mini-épopée, Wanakat pense que la condition d’homme ne présente pas que des avantages ; il se confie au vieux Dadabé qui lui dit qu’à chaque endroit de sa précédente quête, une personne peut le transformer en un animal particulier. Enthousiasmé à cette idée, Wanakat reprend sa pagaie magique et repart pour l’aventure en utilisant son moyen de transport favori :  le BGV (Banian à Grande Vitesse). Cette situation de départ (que l’animation de lettres fera parvenir de manière plus rédigée au premier collège (Boaouva Kaleba) permettra d’imposer les contraintes suivantes à chaque collège :

•    Wanakat arrive sur chaque lieu via le BGV
•    Il demande à rencontrer le personnage qui pourrait le transformer en un animal particulier
•    Il rencontre cette personne qui le fait se transformer (transformation à décrire en détails)
•    Il décrit son nouvel aspect physique
•    Il lui arrive une série de péripéties qui invariablement se terminent très mal
•    Soit il revient vers le personnage qui le retransforme en humain, soit il lance le processus qui lui permet de se retransformer en humain (ce processus lui aura été communiqué par le personnage transformateur)
•    Il repart vers une nouvelle destination via le BGV

Ces éléments sont incontournables.  Comme dans certains collèges, des remarques concernant le temps restreint de la rédaction ont été faites (ce qui empêchait de retravailler avec les élèves notamment les points de grammaire, de vocabulaire), libres aux enseignants et aux documentalistes participant au récit de prendre de l’avance sur leur tour (avec pour directive de communiquer l’animal choisi par leur collège, car il ne faut pas deux animaux identiques dans les aventures de Wanakat).

7. Projet en 4ème

Lors de la deuxième commission de français 2009, la proposition d’un projet de 4ème commun à tous les collèges a été lancée. Le choix de la commission s’est porté sur la presse avec les éléments suivants :

•    Projet de trois semaines (fin du deuxième trimestre)
•    Passages audio et vidéo et lecture de l’image
•    Travail d’écriture sur le faits divers
•    Possibilité d’intervention d’un journaliste spécialisé dans le faits divers
•    Production finale : une imitation d’une page de journal avec les meilleurs faits divers rédigés par les élèves.


L’animation de lettres de l’Alliance Scolaire est chargée d’une première proposition de séances. Ensuite, cette proposition sera envoyée à tous les collègues disposant d’une adresse email, après plusieurs allers et retours, une formalisation des documents sera envoyé à chaque collège (CD gravé) comprenant les éléments multimédias (audio, vidéo, texte), les séances détaillés, le tableau du projet (avec une colonne réservée aux compétences du socle commun), les évaluations formatives et l’évaluation finale dont les résultats par collège seront diffusées par l’animation de lettres sur le nouveau site de l’Alliance Scolaire.

8. Oral de l’histoire des arts

La dernière réforme du brevet prévoit que les élèves seront évalués à l’oral sur l’histoire des arts. Voici un petit rappel de cette réforme:

L’histoire des arts est un enseignement obligatoire au collège dès la rentrée  2009. Le B.O. stipule que “chaque établissement dispose d’une grande liberté pour construire le(s) projet(s) d’enseignement de l’histoire des arts, dans le respect des contraintes fixées réglementairement : domaines artistiques, thématiques, périodes historiques propres à chaque niveau. La conception de ce(s) projet(s) dépend autant des ressources offertes par le patrimoine artistique local que des projets des professeurs des différentes disciplines, spécifiques à chaque établissement”. Mais pour le brevet 2010, ” l’oral d’évaluation fait l’objet d’une expérimentation dans tous les collèges et les lycées professionnels préparant au diplôme national du brevet. Les candidats au diplôme national du brevet peuvent demander à présenter cet oral au titre de l’enseignement optionnel mentionné à l’article 4 de l’arrêté du 18 août 1999. Ainsi les points au-dessus de la moyenne de 10 sur 20 sont alors pris en compte pour l’attribution du brevet”. C’est dire que l’évaluation ne sera pas généralisée avant le brevet 2011.
En 2011, l’épreuve au brevet devrait être un oral. “L’évaluation de l’histoire des arts prend appui sur un travail à dimension historique, artistique et culturelle défini et organisé par l’équipe enseignante en conformité avec l’esprit de l’enseignement de l’histoire des arts” dit le B.O. “Toutes les disciplines, mais en premier lieu celles constitutives de la culture humaniste, y contribuent et visent à développer la curiosité et la créativité artistiques des élèves, à aiguiser leurs capacités d’analyse d’une œuvre d’art, à les aider à se construire une culture personnelle et à prendre conscience des métiers et des formations liés à ces pratiques artistiques et culturelles. Ce travail porte sur la période historique inscrite au programme d’histoire de troisième. Ce cadre chronologique doit prendre en compte les ruptures ou les dialogues que les œuvres de cette époque provoquent avec les mouvements artistiques précédents ou contemporains. L’évaluation, organisée dans l’établissement, prend la forme d’un oral dont la durée est de quinze minutes maximum. Ses modalités sont définies par l’équipe pédagogique…  L’entretien oral peut  concerner un ou plusieurs élèves ; porter sur tout objet d’étude abordé durant l’année…; s’appuyer sur un ou plusieurs document(s) proposé(s) par les examinateurs ou bien sur une réalisation (personnelle ou collective) effectuée en classe dans le cadre de l’enseignement de l’histoire des arts (dossier, diaporama, D.V.D., dessins, schémas, exposition, création.). L’évaluation donne lieu à une note sur 20 points, affectée d’un coefficient 2. Ces points sont pris en compte pour l’attribution du diplôme et d’une mention” (à partir de 2011).

Nous vous invitons à lire in extenso cet article puisé sur le site Le café pédagogique : La réforme du brevet

Formation Apep
Pour anticiper cette réforme l’animation de lettres a contacté M. Laurent Chardon, nouvel Inspecteur Pédagogique Régional (IPR) d’Arts Plastiques qui organisera une formation à laquelle peuvent s’inscrire tous les enseignants intéressés par cette réforme. Le conseil de l’animation de lettres serait qu’au moins un enseignant par établissement assiste à cette formation APEP qui aura lieu le vendredi 18 juin au collège des Portes de fer (date à confirmer).

Expérimentation à Havila
Havila pour cette année a lancé l’expérimentation de l’oral de l’histoire des arts en s’inspirant d’une proposition trouvée sur Internet.  L’ épreuve porte sur la période du XXème siècle « Le monde après 1914 ». Havila propose 3 évaluations sur trois thèmes (une par trimestre). Les thèmes proposés sont les suivants : 1. Alfred Hitchcok, un tournant dans l’histoire du cinéma, 2. L’art de la guerre : propagande et résistance, 3. L’autoportrait à travers le XXème siècle, 4. Naissance du film fantastique : rêve et réalité dans le cinéma de l’Allemagne de Weimar.

Pour tout renseignement sur cette expérimentation, vous pouvez joindre Denis Gressard au collège de Havila (denisgressard@yahoo.fr).

Laissez un commentaire

*